Archives Championnat 2012/2013 (suite)

38 : Sedan-Angers SCO

Dernier match de la saison. Match sans enjeu de part et d'autre. Les sedanais sont déjà relégués en National pour la saison suivante. La défaite du SCO lors du match précédent contre Tours a mis fin aux infimes espoirs de montée en première division.

Dès le début de la rencontre, après un centre venu de la droite l'attaquant gauche du club des Ardennes reprent le ballon et dribblant Zoro, marquant d'une frappe dans le petit filet. Sedan se procure une nouvelle occasion, mais la frappe du joueur après le centre venant de la gauche passait au-dessus de la cage de Malicki. Les joueurs de Sedan se montraient les plus dangereux et se provoquaient de nombreuses occasions, notamment sur les flancs.  La première période se concluait sur se score inchangé de 1-0 en faveur des locaux, le CS Sedan-Ardennes, qui avaient dominé franchement cette période.

En seconde période, après une récupération du ballon par Ayari pour Angers à la gauche de la surface, à la suite d'une perte de balle du défenseur, l'attaquant angevin centrait, et son tir était contré par un joueur de Sedan dans son propre but. Egalisation chanceuse pour le SCO grâce à ce but " contre son camp ". Peu de temps après, c'est encore Khaled Ayari qui partait en profondeur, allait défier le gardien sedanais, et marquait. Les Angevins prenaient l'avantage au score, menant par 2 buts à 1. Mais les sedanais ne souhaitaient pas en rester là, et sur un nouveau centre venu de la droite, Malicki repoussait comme il pouvait le ballon, mais un joueur adverse suivait et tirait dans le but presque vide de son gardien. Chaque équipe obtiendra par la suite plusieurs grosses occasions nécessitant notamment des sauvetages sur la ligne, mais aucune ne prenait l'avantage définitif, et le match se terminait finalement sur ce score 2 buts pour chaque équipe.

 

La saison se finie donc sur ce dernier match nul à Sedan. Une très belle saison du SCO, qui termine à la cinquième place du championnat de Ligue 2. La montée n'était pas loin, mais le petit budget fait relativiser cet "échec". Les matches disputés face aux grandes équipes, une bonne qualité de jeu et des supporters omniprésents d'un bout à l'autre de la saison auront fait de cru 2012/2013 un souvenir inoubliable pour les Scoïstes. L'équilibre financier promet un intersaison serein, et un recrutement prometteur pour la saison prochaine. RDV au premier match de la saison prochaine !

37 : Angers SCO-Tours FC

Match de la dernière chance pour les Angevins. Une victoire est impérative pour garder un infime espoir de montée. Ce match est également le dernier à domicile de la saison, et un derby face aux voisins de la Touraine.

Pour cette dernière, le stade est rempli d'environ 11 000 personnes. A signaler que l'affluence moyenne de cette saison, près de 9 000 spectateurs à chaque rencontre à domicile, est une des meilleurs depuis 30 ans.

Les premières minutes du match sont à l'avantage du SCO. Sur un bon centre d'Auriac venant de la droite, Doré est proche d'inscrire le premier but mais un défenseur tourangeau coupe le ballon au premier poteau. Une splendide volée de Socrier passait ensuite quelques centimètres au-dessus de la cage du Tours FC. Ensuite, un attaquant tourangeau vint au duel avec Malicki. Mais le gardien angevin repoussait le ballon et maintenait les deux équipes à égalité. Par la suite, Doré entrait à la droite de la surface et frappait, visant la lucarne. Mais Leroy, le gardien adverse sortait une belle claquette, repoussant le ballon en corner. La fin de cette première période était sifflée sur un score toujours nul et vierge, malgré les occasions de part et d'autre.

La seconde période semblait être plus à l'avantage des tourangeaux. Pour Angers, Doré se procurait une nouvelle occasion sur son côté gauche. Mais une nouvelle fois, sa frappe était un échec, passant au-dessus des montants du but. Les Angevins se procuraient un penalty après une faute discutable sur Ayari. El Jadeyaoui, l'excellent ailier du SCO se chargeait de le tirer. Mais sa trajectoire prévisible faisait partir le gardien du bon côté, et Leroy stoppait se penalty pourtant bien tiré. Le but tourangeau vint peu après cette occasion ratée. Sur un centre de la gauche, un ciel et noir reprenait le ballon à la droite du but, mais Malicki dégageait le ballon, grâce à un beau réflexe sur sa ligne. Mais un autre attaquant suivait, et poussait le ballon au fond des filets d'une reprise du pied droit. Le gardien d'Angers devait s'employer une nouvelle fois, sur une frappe de Bergougnoux à l'extérier de la surface. Ce dernier match à Jean-Bouin se concluait sur une triste et courte défaite 1-0 face aux rivaux et voisins de Tours.

Les derniers rêves de montée se sont envolés, à cause de cette défaite, et des victoires de Nantes et Guingamp, les propulsant en première division. Les joueurs du SCO tenteront de finir la saison sur une bonne note, face à Sedan, déjà relégué en National.

36 : AJ Auxerre-Angers SCO

Le SCO d'Angers vient jouer une partie de son avenir dans l'Yonne, en terre auxerroise. Un mauvais résultat, et les derniers espoirs angevins de montée sont perdus. Mais ce déplacement s'annonce périlleux, et une victoire face à une belle équipe d'Auxerre serait une très bonne performance. Ce match est alors très important pour les supporters, et on compte 77 unités dans la tribune visiteurs du stade de l'Abbé Deschamps.

La première période est, comme ce qui était attendu, très compliquée. Pourtant, les Scoïstes ouvrent la marque rapidement. Sur un coup franc d'El Jadeyaoui, le ballon est dévié au premier poteau par Doré vers Diers qui trompe parfaitement le gardien icaunais. Nous sommes à la 11ème minute, Angers 1, Auxerre 0. Mais la réaction des auxerrois est quasi-immédiate. Le défenseur angevin Zorro rate le ballon à l'entrée de la surface, et Langil trompe Malicki d'une reprise, plaçant le balon au ras du poteau. Les Angevins n'auront gardé leur avantage que 3 petites minutes. L'AJA se montre toujours aussi dangereuse, et le numéro 19 frappe sur le poteau du gardien d'Angers. Les occasions se multiplient côté locaux, et ceux-ci trouvent cette fois la barre transversale. Sur une balle en retrait dans la surface, l'angevin Bouka Moutou sauve le ballon sur sa ligne. Malgré leurs tentatives, les auxerrois ne prennent pas l'avantage et la mi-temps est sifflée sur le score de 1-1.

En seconde période, les Angevins poussent pour obtenir la victoire, mais ce sont les auxerrois qui reprennent l'avantage, grâce àà une tête de Sanogo lobant Malicki, sur un centre venu de la gauche. Comme à leur habitude, les joueurs du SCO d'Angers ne lâchent pas l'affaire. Dans les dernières minutes du temps additionnel, le SCO se procure de nouvelles occasions et après une situation chaude dans la surface de réparation icaunaise, Ravet centre devant le gardien d'Auxerre. Férébory Doré parvient à marquer son 3ème but de la saison en reprenant le ballon de la tête. Malgré les tensions en toute fin de match, le SCO décroche un nul inespéré.

Ce nul est une nouvelle fois décroché dans les dernières minutes de la rencontre, mais il ne suffit pas aux Angevins, qui se retrouvent à 4 points de Guingamp, vainqueur 7-0 de Lens dans un match louche qui laisse sceptique de nombreux supporters, et ressenti comme un désastre par les supporters Sang & Or. Si Nantes remporte son duel face à Caen, les chances de montée du SCO seront quasi-nulles, à moins que le CN ou l'EAG ne s'écroulent. Quoi qu'il en soit, Angers SCO est dans l'obligation de remporter ses deux prochains matches pour espérer un petit peu. Cela passe par un bon match la semaine suivante, face à Tours.

35 : Angers SCO-Stade Lavallois MFC

Opération rachat pour le SCO d'Angers, après leur large défaite en terre nîmoise. Et quoi de mieux pour se refaire qu'un derby bouillant face aux voisins mayennais du Stade Lavallois. Les Tangos luttent pour le maintien tandis que les Angevins sont toujours en course pour la montée en première division. Mais le SCO n'a pas son destin entre les mains, et une victoire est indispensable pour continuer à espérer.

Pour l'occasion, le stade Jean Bouin était rempli par 13000 spectateurs venus assister à ce derby, sous un beau soleil printanier. L'affluence a régressé depuis les rencontres contre Nantes et Caen, notamment en raison de la claque infligée par les nîmois aux Scoïstes la semaine précédente.

La première période se trouvait être plutôt équilibrée. Les lavallois montraient de belles choses et se révélaient solides malgré leur classement. Sur un centre venu de la gauche, les Angevins se procuraient la première occasion, mais Socrier ne coupait pas au second poteau le ballon qui filait en sortie de but. Socrier, encore une fois, se procurait une nouvelle occasion devant le but lavallois, mais sa frappe cadrée était contrée par un défenseur mayennais. Au tour des joueurs de Laval de se montrer dangereux, et sur un coup-franc tiré de la droite, Malicki devait s'employer pour repousser et capter en deux temps le ballon. Pas de but avant la mi-temps, cette première période se finissait sur un score nul et vierge.

La seconde période était de meilleure facture côté Angevins. Si les lavallois semaient le trouble dans la défense angevine avant de tirer à côté du but du SCO, les Angevins répliquaient rapidement par un tir croisé de Diers, qui passait de peu sur la gauche du but lavallois. Environ 10 minutes avant la fin du match, Gimbert était exclu côté mayennais, pour avoir contester et sans doute insulter l'arbitre, sur une faute qui lui avait valu un carton jaune. Le SCO avait cependant du mal à trouver l'ouverture dans le rideau mayennais, et à l'issu du temps réglementaire, le score se trouvait toujours aussi vierge qu'en première période. Mais c'était sans compter les désormais habituels efforts de l'équipe angevins pour marquer dans les arrêts de jeu. Et le but de la victoire, tant attendu, arrivait par l'intermédiaire de Charles Diers, à 90+2. Sur une action venue de la droite, le joker de "luxe" angevin slalomait dans la défense adverse et trompait le gardien du SLMFC d'un tir croisé du gauche se logeant dans le petit filet du but. Le public pouvait exulter, les Angevins empochaient les 3 points de la victoire. La "Dalle Angevine" a encore frappé !

Cette victoire presque inespérée au vu du scénario du match permet aux Scoïstes de rester dans la course à la montée. Mais la victoire de Guingamp à Avignon conjuguée à l'exploit de Caen à Monaco réduisait un peu les chances d'accession du SCO. Le déplacement à Auxerre se révèle être périlleux et une défaite pourrait s'avérer rédhibitoire pour les joueurs du club d'Angers.


34 : Nîmes Olympique

Nouveau match très important pour l'équipe des bords de la Maine. Un déplacement périlleux aux Costières, en terre nîmoise, s'annonce pour l'équipe de Stéphane Moulin. Après 2 matches nuls, les Angevins se doivent de reprendre des points. En effet, l'En Avant de Guingamp, troisième, est deux points devant les Scoïstes au classement. Les Angevins ont donc l'occasion de remonter sur le podium tandis que les nîmois peuvent revenir à 3 points du troisième.

La première mi-temps est relativement équilibrée. Les Angevins ont globalement le ballon plus souvent que les joueurs du Gard. Mais ceux-ci ont les occasions les plus franches et les plus dangereuses. Si de nombreux corners sont tirés de part et d'autre, aucune équipe ne parvient à trouver l'ouverture décisive dans la défense adverse. La première période est sifflée sur un score nul et vierge.

La seconde période est bien plus déséquilibrée, tant au niveau du jeu qu'au score. Les joueurs du NO prennent le contrôle du milieu de terrain et multiplient les occasions . Malicki sauve certaines situations dangereuses. Nîmes marque même un but, mais refusé pour hors-jeu. Les sudistes continuent leur siège de la défense angevine et parviennent enfin à marquer à un quart d'heure de la fin. Le SCO se remet dans la partie et se procurer quelques occasions proches de l'égalisation. Tout d'abord, Doré frappe la transversale sur un tir à l'entrée de la surface de réparation. Celui-ci touche à nouveau deux fois le montant supérieur du but nîmois, jouant de malchance et ne parvenant à tromper le gardien adverse, malgré la confusion à la droite des 6 mètres. Le Nîmes Olympique allait ensuite marquer deux nouveaux buts, pliant le match une fois pour toute, dans les derniers instants de la rencontre. La partie se finissait donc sur le score de 3-0 en faveur des locaux.

Cette déroute est une désillusion pour les Angevins. Ils avaient l'occasion de remonter sur le podium, mais n'ont pas profité de la défaite de Guinamp à Istres 2-0. Cependant, les Scoïstes restent à 2 points du podium, à égalité avec Caen. Il y a désormais 4 équipes qui se battent pour le dernier ticket synonyme de montée en première division ( Guingamp, Angers, Caen et Nîmes ), les Nantais ayant quasiment validés leur accession au niveau supérieur après leur vicoire 1-0 à Niort. Le SCO se doit de réagir face à Laval, dans un derby disputé mais souvent à l'avantage des Angevins ces derniers temps.

33 : Angers SCO-SM Caen

Les Angevins défient à domicile au stade Jean Bouin le Stade Malherbe de Caen pour un nouveau choc au sommet de la Ligue 2. En jeu, une place pour accéder à la première division, à 6 journées de la fin du championnat. Match à enjeu donc, ce qui signifie un stade bien plein pour cette affiche, et plus de 15000 spectateurs remplissement les gradins du stade.

Le stade Jean Bouin est bouillant, dans une ambiance électrique, et toutes les conditions sont favorables à un très bon match  de football, à commencer par le grand ciel bleu au-dessus de l'enceinte angevine.

Le match commence tambour battant des deux côtés. Tout d'abord, Keseru frappe le poteau de Perquis, le gardien normand, sur un coup-franc aux 25 mètres. Mais ce sont les caennais qui réalisent les plus grosses 30 premières minutes. Et à la 22ème minute, le défenseur angevin Couturier et l'attaquant de malherbe Duhamel coupent un centre venu de la droite, surprenant le gardien angevin Malicki, qui ne peut que regarder le ballon filer dans son petit filet. 1-0 pour Caen. Les caennais ont l'occasion de faire le break, mais Malicki repousse une frappe sur son montant, et parvient à garder le score reste intact jusqu'à la mi-temps.

La seconde période est à l'avantage du SCO d'Angers. L'ambiance bouillante de Jean Bouin permet aux Angevins de pousser, et ceux-ci se procurent un plus grand nombre d'occasions. Un nouveau  coup-franc de Keseru et une reprise d'El Jadeyaoui au ras du poteau mettent les bas-normands en alerte. Les Angevins ont du mal à percer des brèches dans la muraille caennaise mais sur un corner repoussé par les poings de Perquis, Ayari propulse le ballon dans la lucarne du but adverse d'un splendide ciseau retourné. Le stade, libéré, peut exulter et l'ambiance reprend de plus belle. La tension est palpable entre les deux équipes, et les Caennais, un poil provoquants et roublards, provoquent une longue bagarre avec les joueurs scoïstes. Seube est expulsé côté normands, à moins de 10 minutes du terme du temps réglementaire. Mais les joueurs de Caen, en infériorité numérique, sont plus combatifs et malmènent le SCO. Ils se procurent les dernières grandes occasions du match. Mais Malicki sort deux arrêts de grande classe devant les attaquants adverses. Le temps additionnel est plus court qu'il n'auraît dû l'être, et le match se termine sur ce score de 1-1.

Opération mitigée pour les deux équipes sur le plan comptable. Guingamp profite de son éclatante vicoire sur le Mans FC 6-1 pour monter sur le podium de la deuxième division. Les Angevins sont donc à 2 points des Bretons et à 3 points des Nantais, tenus en échec par Auxerre. Il reste 5 matches, et tout est possible pour les équipes du top 5. Les Angevins font un déplacement périlleux face à Nîmes la semaine suivante, une rencontre capitale en vue de la fin de championnat.

dalle.jpg La dalle angevine !

32 : Chamois Niortais-Angers SCO

Après l'euphorie de la victoire face à Nantes dans un stade plein, retour sur terre pour les Angevins. Ils affrontent Niort, chez eux, au stade René Gaillard. Le SCO, pour ce match piège, sont accompagnés de 166 supporters dans le parcage angevin. Les Angevins tentent de chercher une victore, dans l'optique d'une montée en Ligue 1, tandis que les niortais luttent pour se maintenir.

Le match est bien terne, voir soporifique. Les joeurs niortais sont difficiles à manoeuvrer, auteurs de 17 matches nuls. Ils encaissent peu de buts, notamment à domicile. Les joueurs du Sporting ne parviennent pas à franchir le rideau défensif du club des Deux-Sèvres. Les occasions sont rares de part et d'autres, et la première mi-temps se terminera sur un 0-0.

La seconde période n'est pas plus enthousiasmante. Letellier, remplaçant occasionellement dans les buts du SCO d'Angers un Malicki blessé, parvenait à garder sa cage inviolée. Le SCO ne parvient pas plus à prendre l'avantage et le match se termine sur un triste score nul et vierge.

Angers monte cependant sur le podium, à égalité avec le second Nantes, profitant de la défaite face à Tours de Guingamp, quatrième, et du faux pas à domicile de Caen, cinquième, tenu en échec par Lens.

31 : Angers SCO-Nantes

Voici enfin le derby tant attendu entre Angevins et nantais. Les nantais ont signé un match nul contre Monaco durant leur dernier match tandis que les Angevins s'imposaient une nouvelle fois dans les arrêts de jeu, face à Châteauroux. La semaine d'avant-match avait été riche en déclarations notamment grâce aux sorties de Waldemar Kita - le président du FC Nantes - par rapport au club angevin. De plus, les joueurs du Sporting ont l'occasion de revenir à un point de la seconde place du classement, occupée justement par les voisins du club de Loire-Atlantique.

Pour l'occasion, le stade était rempli et 17000 personnes prenaient place dans les travées du Stade Jean Bouin. Des tifos étaient organisés dans le kop en Coubertin et dans les tribunes Colombier et Saint-Léonard.

angers10.jpgPhoto KDLB 

La première mi-temps du match était plutôt équilibrée. Les principales occasions étaient réparties équitablement entre Angevins et nantais. Keseru frappait d'abord la barre transversale sur un lob faisant suite à un mauvais dégagement du gardien jaune et vert ; le nantais Djordjévic solicitait Malicki sur une demi-volée à l'entrée de la surface. Cependant, les Angevins marquaient les premiers. El Jadeyaoui, déjà très important dans le match, ouvrait le score d'une reprise de volée finissant dans le petit filet de Riou. Les nantais ne parvenaient pas à pousser suffisamment et la première période se terminant sur le score de 1-0 en faveur des Scoïstes.

La seconde mi-temps était clairement à l'avantage du SCO d'Angers. Fodé Doré frappait sur le poteau. Dans le sillage d'un El Jadeyaoui exceptionnel, les Angevins étaient au-dessus d'une équipe nantaise pas à la hauteur de l'évènement. Les "canaris" finissaient même le match à 10 contre 11. En effet, Djilobodji était l'auteur d'une grave faute sur El Jadeyaoui, ce qui lui valait un carton rouge direct de la part de l'arbitre, Wilfried Bien. En fin de rencontre, le SCO marquait à nouveau, par l'intermédiaire de Charles Diers qui reprenait un centre venu de la gauche, précipitant le ballon de le but vide. Le stade pouvait exploser; les supporters nantais exprimaient leur rage. Le match se terminait sur ce score de 2-0.

 

Les Angevins sont désormais plus que jamais dans la course à la montée en première division. Les nantais, eux voient leur avance sur le quatrième diminuer. La fin de saison s'annonce passionnante. Il reste encore deux derbies et un match à domicile pour le SCO.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×